• Lectures
    Partageons les livres que je dévore chaque soir avant de m'endormir : il fait nuit, la guirlande guinguette de l'étagère est allumée, la fenêtre est ouverte et nous pouvons apercevoir un quartier de lune...
    Lire la suite
  • Lifestyle
    Ce qui est pratique dans une rubrique "lifestyle", c'est qu'on peut y trouver un tas de sujets emberlificotés : psycho, santé, cuisine, sport, travail, voyage ... Un vrai bronx quoi !
    Lire la suite
  • Wishlists
    S'accorder des petits plaisirs peut paraître futile ou anecdotique, pourtant l'accumulation de petits contentements fonctionnent en général assez bien sur l'humeur générale (en tout cas, sur la mienne !). En même temps, j'ai un peu honte car comme le dit le Dalai Lama : « Le bonheur et la satisfaction doivent finalement être quelque chose qui viennent de soi. Il ne faut pas s'attendre à une réelle satisfaction avec de l'argent ou un ordinateur par exemple». Ben mince.
    Lire la suite
Bonjour !
Maman gâtée, cat & book addict, bicycletteuse dans l'âme, euh... et rédactrice web !

Pour les plus curieux...
Psst la suite est ici...

Et je danse aussi : mon avis à l'occasion de la sortie de la suite

Pour préparer la lecture du second opus d'Anne-Laure Bondoux feat Jean-Claude Mourlevat, Oh happy day, je viens de relire le tome 1 : Et je danse aussi. Et j'ai moins d'une heure pour vous en parler (ce qui est relativement peu pour une pipelette dans mon genre), par conséquent, je vais essayer de ne pas (trop) m'éparpiller en vous causant de Météo France qui n'a rien compris à la vie. Moi je dis qu'en juillet, on a juste besoin de signer un pacte d'exclusivité avec nos robes d'été et nos panamas en se prélassant sur une terrasse les cheveux au vent, sans passer par la case "pluies éparses". Ô Zeus ! Cesse de nous tourmenter, on a bien compris qu'ici, c'est pas la Californie. Bref, je vais tenter de me rapprocher de mon sujet, Et je danse aussi, parce-qu'avec ce livre, léger, frais et romantique, vous allez enlacer le soleil et sortir la SPF 50+ : c'est parti !


Un écrivain, Pierre-Marie Sotto, reçoit un courrier de la part d'une lectrice. C'est une situation courante pour un auteur sollicité et récompensé par le prix Goncourt, si bien que d'ordinaire, il ne répond pas à ses admiratrices. Voui, mais ce courrier est accompagné d'une épaisse et mystérieuse enveloppe, et l'expéditrice est plutôt du genre insistante ! De fil en aiguille (expression super désuète - d'autant que j'aurais dû écrire de mail en mail) , une correspondance s'établit entre les deux protagonistes qui se dévoilent rapidement leurs quotidiens. Mais Pierre-Marie est de plus en plus intrigué par sa correspondante, Adeline Parmelan, et par le mystère qu'elle a instauré autour de la fameuse enveloppe (dont on ne connaîtra le contenu qu'à la fin).

Ce que j'ai aimé dans Et je danse aussi

Comme vous l'avez déjà lu plus haut (je suis la reine du spoil), j'ai trouvé cet ouvrage aussi rafraîchissant qu'une bouteille de Matahi siroté au bord de la plage (pour les ni branchouilles ni chics, il s'agit d'une boisson énergisante au baobab, le must des bobos chics). En même temps, malgré cette légèreté, je n'ai pu quitter ni les protagonistes, ni le livre, avant d'en connaître le dénouement : Pierre-Marie et Adeline continuaient de vivre en moi, surtout Pierre-Marie (voir astérisque plus bas*). Sans doute car il y a une vraie profondeur dissimulée derrière le masque de l’humour omniprésent. Et j'aime tellement la politesse de l’humour : pas de larmoiements, hein : on peut rester léger, même en cas de catastrophe intergalactique dans la vie. Ne montons tout de même pas en orbite question cataclysme, car les deux protagonistes souffrent surtout de solitude et de chagrins d'amour passés. Ouh là là, je spoile là (là).
Et puis, il y a les relations virtuelles par internet qui font partie de nos quotidiens et auxquelles on peut facilement s'identifier. Je suppose qu'on ne peut être que transporté par le récit de ce piège qui pend à tous nos nez : l'imagination qu'on place dans ce genre de correspondance, les artifices à portée de clavier. Mais aussi parfois, une vraie sincérité exacerbée par l'absence des garde-fous du quotidien et le confort de l'éloignement. J'ai l'impression que je suis de moins en moins claire là. Bref.
L'astérisque * : Ah et dans ce bouquin, il y a surtout Pierre-Marie. Je vous ai dit que j'étais amoureuse de lui ? Gros craquage pour tous ses courriels : c'est un mec parfait (euh, sauf peut-être si on s'attarde sur ses 3 mariages et sa toute petite incartade sexuelle) !


Ce que j'ai moins aimé

Avec moi, il y a souvent un côté pouark du livre, et il se situe généralement dans l'épilogue. Ce que j'ai trouvé dommage, c'est d'avoir choisi d'ajouter une seconde intrigue pseudo-palpitante (et un peu capillotractée, surtout sur la fin) à la relation épistolaire qui est, à mon sens, bien assez consistante pour occuper tout l'espace. Mais bon, il n'empêche que ce bouquin m'a transportée et que Pierre-Marie est vraiment craquant !


Si vous souhaitez vous procurer Et je danse aussic'est par ici